Doc BBC #14 : où il est question de littérature érotique

Publié le par BritBrit Chérie

Mais à quoi sert le docteur BritBrit ? L’éminente et très respectée docteur BritBrit Chérie n’est pas un médecin comme les autres. Surdiplômée dans de nombreuses disciplines - BackRoomologie, putologie, esthéticologie de pétasses, chiottogie, podologie de trottoir… - pour lesquelles elle est la seule à comprendre tous les tenants et aboutissants, elle répond tous les mois à toutes les questions des contributrices de Ladies Room, le site des grandes malades à la page.  

Cette semaine sur le champ opératoire, notre docteur chéri donne le bon protocole à suivre pour écrire sous le signe de l’érotisme le plus hot ! Saura-t-elle encore une fois mettre un terme aux déboires des lecteurs de la Room ? Question ? Réponse !


 

 

pinup-qui-lit-1-.jpgCher Docteur BritBrit,

 

Hier, en lisant le dernier Marc Lévy, j’ai décidé de devenir écrivain. C’est vrai quoi, quand je vois ce qu’il est écrit, je me dis qu’il est parfois bien simple de gagner des millions sans passer chez Jean-Pierre Foucault. De toute manière j’ai essayé (d’aller chez JP), je m’étais même entraînée à sourire de façon crispée quand on annonçait mon prénom, mais après 112 SMS à 0,56 €/envoi (faites le calcul, j’aurai pu me payer une culotte Dolce & Gabanna) et des nuits entières à sourire connement devant le miroir, mon téléphone est resté muet.

 

Bon, refermons cette parenthèse télévisuelle pour revenir à notre sujet : je veux donc devenir écrivain et connu de surcroît sinon ça ne rapporte pas un rond. La preuve, j’envoie tous les 1ers de l’an mes meilleurs vœux à ma grand-mère qui, à ma plus grande désolation et contre toute attente, est plus en plus en forme année après année. C’est pas demain que je vais toucher l’héritage. Et quand je pense qu'elle m'a proposé sa maison en viager, j'en ai des frissons.

 

Alors quand j’ai vu que Ladies Room organisait avec J’ai lu le concours littéraire WeLoveWords avec à la clé l’œuvre du gagnant publiée, j’ai dit « bingo » ! Y’a juste un petit problème : je ne sais pas écrire de nouvelles et encore moins des nouvelles érotiques. S’agirait pas de commettre un impair. Tu peux m’aider ? Si oui, je t’offrirai un canard vibrant dédicacé par Régine.

 

Merci de ta sollicitude même si elle est intéressée par le gain promis ci-dessus.

 

Isabelle 44

 

 

docBritBrit.pngChère Isabelle 44 (tu viens de Nantes ou c’est ton âge ?),

 

Je me sens tellement d’affinité avec toi. Et pour cause : moi aussi j’ai tenté vainement de participer à Qui veut Gagner des Millions ? mais sans succès. Quand j’ai téléphoné à J-P pour me plaindre, il m’a juste proposé de faire l’émission au profit des Pièces Jaunes ; je devais faire doublure lumière de Bernadette Chirac. Bien que l’offre fût particulièrement alléchante, je me suis vu dans l’obligation de refuser : j’avais piscine.

 

Du coup, c’est avec plaisir que je te prodigue les quatre règles d’or pour écrire une nouvelle érotique des plus brûlantes qui soient.

 

1. On travaille son imaginaire. On te demande d’exprimer ton talent, pas ta capacité à finir les quatre fers en l’air ou à pratiquer la brouette portugaise. Prends exemple sur moi : ai-je déjà raconté mon expérience de l’amant qui, au moment de l’orgasme me donnait la fessée en hurlant « Huhu bourrique ! » ? Non, jamais. Je respecte mon intimité. Et pourtant, je peux te dire que cette expérience m’a valu quelques séances chez le véto psy.

 

2. Ce qui nous amène tout naturellement à la deuxième règle d’or, toujours garder à l’esprit que tes parents peuvent te lire donc on évite les trucs un peu trop cracras qui pourraient faire débat devant le poulet du dimanche (qui n'a rien demandé le poulet soit dit au passage).

Alors oui, je sais, cela peut brider quelque peu ta créativité de savoir que ses propres parents ont des lectures osées, toi qui les vois encore au pied de ton lit lisant avec un sourire béat les aventures Pimpin le Lutin coquin au pays des bonbons La Vosgienne. Finalement, ce Pimpin le lutin est bien plus coquin qu'il n'y paraît  et tes parents sont des gros cochons !

 

3. On élargit son vocabulaire. La littérature érotique ne renvoie pas à la bassesse de l’acte sexuel mais plutôt à tout ce qui peut provoquer le désir chez le lecteur. Inutile donc de noircir tes pages de mots tels « foufounette » ou « poupous » qui au mieux exciteront une mamrmotte en période de chaleur. Il faut soigner ses mots, les choisir avec minutie pour décrire au mieux l’action.

 

Attention, on ne te demande pas non plus de faire du Barbara Cartland. Oublie donc les descriptions d'action du type « Il l’attira tout contre sa poitrine et la serra ardemment. Elle huma son parfum et sentit son cœur fondre comme un Mister Freeze au citron. D’un coup, elle prit conscience de son désir et s’empara de ses lèvres bien qu’elle eut oublié de rajouter du gloss à la cerise et que des miettes de spéculos étaient restées au coin de sa bouche (…) ».

Quand tu lis ça, tu comprends de suite que ce type d'écriture peut au mieux faire fantasmer et exciter des nonagénaires en coma stade 2, ce qui est bien loin de l'objectif du concours WeLoveWords présidé par Rocco Siffredi (naaan, je plaisante. Il peut pas venir, il a activité manuelle).

 

4. On travaille bien ses personnages et, pour aller dans le sens du point 3, autant en prendre des qui permettent de développer tout un champ lexical autour de leur profession comme le boulanger qui peut pétrir, enfourner, tâter les miches, ou le plombier qui explore la tuyauterie, passe le hérisson dans le syphon,…

Pour rebondir sur la règle numéro 2, note que ceci à l’avantage indéniable de jouer l’entourloupe à tes parents. Ils comprendront peut-être que tu as écrit un livre sur le tour de France des artisans et ne manqueront pas de te podcaster tous les reportages sur le bignou en zone humide (ben, la Bretagne c’est pas le Sahara non plus) ou la mouflette des montagnes. De quoi laisser voguer ton imagination pour le prochain livre.

 

J’espère que tu sauras mettre à profit ces quelques conseils. En attendant, n’oublie pas de m’envoyer mon canard dédicacé seulement et seulement si tu peux m’assurer que Régine ne s’en est pas servie.

 

 

Docteur BritBrit Chérie,

Pipeaulogue, spécialité curetage.

 


 

 

Vous avez des questions, des inquiétudes, vous souhaitez réagir à un article ou tout simplement, mieux comprendre le fonctionnement de Ladies Room, le docteur BritBrit Chérie attend vos mails  à cette adresse.
Prochaine consultation en mars 2011 !
NB : Le cabinet n’accepte pas les paiements par chèques et les pauvres.

Publié dans Docteur BritBrit

Commenter cet article

iano 21/02/2011 17:50


t'as oublié de la conseiller sur le pseudo à prendre !!!