CUVEE 2008

Publié le par BritBrit Chérie

 

 

 

Une semaine. Il m’a fallu une semaine pour me remettre de ce désormais incontournable événement annuel, digne d’un Noël des arsouilles, qu’est l’arrivée du Beaujolais nouveau.

Et comme je ne suis jamais la dernière pour lever le coude, c’est accompagnée de Laura, ma copine coiffeuse, et d’Anna l’avocate intello de la bande, que je suis allée fêter dignement cet avènement. Report J+8 de ce jeudi 20 novembre.

 

 

19 heures – Le bar est bondé

Qui a dit que la formule Beaujolais Nouveau était morte et enterrée. Que nenni ! Le Cep de Vigne, célèbre bar à vin de ma bourgade, a réuni au moins la moitié de la ville.

Il faut dire que le gérant a mis les moyens : bouteilles à foison et  buffet de charcuteries offert, que demande le peuple.

Arggg, je suis en pamoison devant le saucisson…

 

Tavernier ! Un Beaujolais !

 

 

19h15 – Rouge sur rouge, rien ne bouge

Le tenancier a décidé de nous donner un cours d’œnologie « remuer – sentir – mâcher – cracher », pour nous prouver que le Beaujolais n’est pas une sombre piquette.

Laura  retient tout de la leçon surtout lorsqu’il s’agit de cracher…sur une blonde toute de rouge de colère. Anna la calme en lui disant que vu sa gueule, ces quelques taches sur son chemisier ne sont qu’un moindre mal.

 

 

19h27 – Le goût des bonnes choses

Le vin et nous, cela nous connait. Après quelques gorgées, nous commentons à hautes voix: « cette année, le Beaujolais, c’est fruits rouges !»

 

Un client, environ 35 ans, plutôt bien de sa personne et tendance CSP+ me fait un clin d’œil style « j’apprécie l’experte ». Je lui rends la pareille par un large sourire. Du vin primeur et un mec premium, je dis « Oh oui ! ».

 

 

19h41 – Premières loges

Super, j’ai réussi à dégoter un tabouret au bar juste en face du buffet de charcuterie. C’est ce qui s’appelle une place de choix.

                                                          

Chouette, chouette, chouette, le barman nous remet une tournée. Tiens, il n’y aura pas aussi quelques notes de pêche et d’abricot dans ce vin ? Gagné ! Et comme récompense, une large tranche de pâté à l’Armagnac. Miam.

 

Laura qui s’en veut d’avoir taché la blonde tente de se faire pardonner en lui conseillant une frange : « C’est très tendance vous savez, les putes à franges ! ». La blonde fait la tronche.

 

 

19h46 – Un porc en vaut bien un autre

Le bellâtre à l’œil clignotant s’approche de moi. Il a un bout de camembert coincé sur la lèvre. Je lui dis par politesse. Il rigole et me répond que c’est mon bout de rillette sur le nez qui lui a plu. "Cela laisse présager de la cochonne qui sommeille en toi", me susurre-t-il.

 

Vexée, j’engouffre un morceau de rôti de porc tout en prenant une grande décision existentielle : un chat plutôt qu’un mec.

 

 

19h55 – Procès d’intention

Pour fêter cette nouvelle résolution, Anna suggère de prendre un cinquième verre. Nous acquiesçons de bon cœur. Il faut dire qu’on ne les voit pas défiler les verres.

Le Beaujolais étant un vin plein de surprises, je découvre cette fois qu’il a un goût de salade exotique St Mamet. Mes copines approuvent.

 

SMS de ma mère : elle veut divorcer. Je tapote frénétiquement d’une main, verre dans l’autre : « Enfin… ». Nouveau SMS : « Tu es sans cœur. Ta sœur aura la maison du Poitou pour héritage ».

 

Je bois à la santé de la dissolution familiale par le partage du patrimoine.
Anna m’explique que selon le Code civil français, section droits des successions, art. 774 et suivants, mes parents ne peuvent pas me déshériter comme ça et qu’elle peut leur coller un procès sur le cul avec prison ferme à la clé. On ne mégotte pas avec la loi.

Je lui demande de m’envoyer son devis d’honoraires.

 

 

20h10 – Excursion

J’ai envie de faire pipi. Problème après six verres ingurgités (soit environ un verre toutes les dix minutes), j’ai l’impression d’être sur le bateau de Florence Arthaud à peine le pied posé à terre. Heureusement, la foule est là pour me soutenir jusqu’aux toilettes (comprendre, je m’accroche au moindre corps que je croise sur ma route).

Une réflexion me vient à l’esprit : l’humanité est bien plus bienveillante que l’on ne peut le penser.

 

 

20h15 – Excursion, the return.

Délestée, je fais la traversée inverse dans les mêmes conditions. Une nouvelle pensée philosophique m’effleure : et si l’humanité était l’avenir de l’homme ? Je décide d’écrire un essai à ce sujet dès le lendemain matin. D’ailleurs, je me vois très bien avec le Pulitzer à la main, les flashs qui crépitent et Pujadas en pâmoison au 20 heures devant mon éclairante intelligence.

 

Oncle Georges, le seul membre de ma famille qui me ressemble dans le fond (nan, pas de la bouteille !) me l’a dit bien des fois : l’alcool est souvent révélateur de nos capacités. Je le crois désormais.

 

 

20h30 – Feindre l’ignorance…

Nous sommes de tellement bonnes clientes que le barman nous offre une bouteille. Pour le remercier et mettre un peu d’animation, Laura propose d’organiser le jeu de la banane en l’honneur du nouveau goût qu’elle vient de dégotter dans son huitième verre. Tout le monde fait semblant de l’ignorer. Elle pleure.

 

Anna est en pleine discussion avec un groupe de jeunes BB Brunes sur les possibilités de contournement de la loi pour déshériter ses enfants. Ils s’en foutent.

 

Nouveau SMS de ma mère : « Ton père veut divorcer ».

Je décide de ne pas répondre (mes parents ont encore un appart’ à Hossegor à refourguer), et m’enfile une bonne tartine de pain de campagne avec une tranche de terrine de canard, le tout arrosé d’un verre de Beaujolais. On ne change pas une équipe qui gagne !

 

 

20h48 – Descente aux enfers

Elle ne serait pas un peu avariée cette charcuterie ? J’ai le ventre en vrac et une vraie envie de vomir.

 

Lentement, je descends de nouveau de mon tabouret. C’est pire que la première fois. Tellement étourdissant, que mon talon glisse sur un gras de jambon et je me retrouve à faire la tortue renversée au milieu de la salle.

Tout le monde rit alors que je bas désespérément des bras et des jambes pour me relever. Je reviens sur mes pensées humanistes via la réflexion suivante : les gens, c’est tous des cons !

 

Anna ne me voit pas trop occupée à faire un cours magistral sur les droits des utilisateurs d’Internet à télécharger en toute légalité des films X. Les BB Brunes n’ont jamais été aussi attentifs, même en cours de reproduction des femelles loutres.

 

 

20h51 -  Des abdos en béton mou

Après trois longues minutes d’agonie au sol, Je réussis à me relever grâce à un lancé du dos + soulevé du buste + élan des jambes. Y’a pas à dire, mes cours au Fitness First du coin auraient mérités d’être moins boycottés.

 

Histoire d’avoir l’air digne, je remets un peu d’ordre dans mes cheveux en ôtant au passage une peau de saucisson. Le barman, désolé de mon état, m’offre un « verre de l’amitié ». J’accepte ne voulant pas blesser le seul être compatissant dans la place même si j’ai envie de vomir (ça m’arrive souvent…)

 

 

21h18 – Je vomis…

… au pied de la blonde tachée de vin. Laura, qui pleurait, se met d’un coup à éclater de rire. J’ai toujours eu le chic pour faire reprendre du poil de la bête à mes copines.

 

 

21h20 – Revivifiée !

C’est fou comme un petit barbouillage de ventre à cause d’une mauvaise alimentation peut mettre en l’air votre soirée.

Cette petite purgation me remet sur pied aussi vite qu’elle m’a mise à terre, au sens figuré comme au sens propre. Et c’est parti pour un ixième verre ; à ce stade, je ne compte plus car je suis prête à aller jusqu'au bout de la nuit.

 

 

Vendredi 21 novembre – 8 heures

Je me réveille. Je sens le vin, le magret fumé et j’ai une haleine de fromage. Je regarde autour de moi…

 

Mais qui c’est lui ? Il ressemble au gars d’hier soir : plutôt bien de sa personne, 35 ans, tendance CSP+… Tiens, il a juste un petit bout de camembert sur la lèvre. Je lui dis ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mahie 04/12/2008 20:48

Ben moi je connais pas le Cep de Vigne, c'est où?

BritBrit Chérie 05/12/2008 21:37


Et le grain de raisin ???


Lady 30/11/2008 22:58

C'est du propre!

Heureusement que le citrate de bétaïne est toujours dans mon sac lors de ce genre de soirée!

Je suis certaine qu'une soirée en ta compagnie vaut grandement le détour!

BritBrit Chérie 01/12/2008 14:34


C'est vrai que je suis une bonne camarade de soirée. Je suis même capable d'une choré à la "Fame".


louise 30/11/2008 14:49

j'en ai fait des javas !!!! mais, chose incroyable, je n'ai jamais réussi à faire une seule soirée Beaujolais Nouveau ! Oui, tu as le droit de pleurer Brit-Brit, moi aussi je pleure. Pour la peine, je vais aller noyer mon chagrin : j'ai deux caisses de beaujolais qui sont apparues comme par magie avec l'arrivée de mon mari.
Il, pourrait qd même fournir le saladier à vomissement mon mari, qd même !!!

BritBrit Chérie 01/12/2008 14:21


Ton mari te soule ??? Change vite !


corienga 27/11/2008 22:57

oh oui, cette année il m'a fait tourné la tete!

BritBrit Chérie 01/12/2008 14:28


Tu étais où ? Moi au grain de raisin pas très loin de chez toi ;)


Bernie 27/11/2008 22:35

C'est ça, à force de tomber en pamoison t'as fini par te casser la gueule.

PS : le denrier Jo-beau-laid que j'ai bu avait un goût de banane. J'en n'ai plus jamais rebu. Préfère un bon verre de Bordeaux. OU une pinte de bière tiens. Au fond, c'est pas wock'n'woll le Beaujolais.

BritBrit Chérie 01/12/2008 14:28


Nan, le meilleur, c'est un bon Bourgogne. Miam.