Glamour, mode d'emploi

Publié le par BritBrit Chérie


Le glamour est une notion tellement abstraite que l’on ne peut constater qu’une seule chose :
ou l’on est glamour ou l’on ne l’est pas ; entre les deux, il n’y a pas de juste milieu. Après une longue investigation auprès de spécialistes es Glamour (ma copine Romy, mon directeur de création, Kate Moss) et une recherche documentaire très poussée dans les pages de Glamour le mag’, Elle, Vogue, … Ma thèse sur la glamouritude m’a amené à conclure ceci : le Glamour n’est pas une question de physique, mais plutôt une manière d’être, un véritable état d’esprit. Si vous ne pensez pas glam’, vous ne serez pas glam’.

C’est ce qui fait toute la différence entre une Dita von teese (glam’) et une Lindsay Lohan (pas glam’), un George Clooney (mega glam’) et un Elijah Wood (pas glam’).

 

Mais n’allez pas croire que le glamour est un don inné, qui s’accroche à vos fesses dès la naissance. Prenez le cas Tom Cruise  :

1981 : Il tourne dans un pauvre film, Un amour infini, dont seul Wikipedia se rappelle ; il fait de la lutte (?), et ne connaît pas les joies du blanchiment de dents. => PAS GLAM’

1988 : Cocktail révèle au monde son sourire étincelant et son regard malicieux si craquant. Sa présence est marquée par une assurance à toute épreuve => GLAM’ !

2006 : Mission impossible III est un flop, il saute partout sur des fauteuils sur le plateau d’un célèbre show américain et passe pour un grand cinglé, scientologue en plus => PAS GLAM’

Vous voyez donc bien par cet exemple plus que parlant que le glamour peut s’apprendre et surtout qu’il se cultive.

 

Et vous, dans tout ça, qui n’êtes ni célèbre, ni riche, ni vraiment beau, pouvez-vous être glam ? Mais bien sûr ! Le tout est d’avoir la bonne attitude quelles que soient les circonstances.

Pour preuve, voici quelques situations pas faciles qui peuvent toutefois mettre en valeur votre glamouritude de toujours.

 

 

Situation 1 : Vous vous baladez tranquillement dans la rue quand vous croisez le sosie de Jude Law. Il vous fixe droit dans les yeux avec un regard de velours. Pas de doute, vous lui plaisez. Il baisse le regard et tombe… sur votre fille de 9 ans, qui a en plus de la morve au nez. Mais pourquoi il part en courant ?

La question est : comment être glam’ avec un enfant ?

Surtout ne dites pas la vérité. Ce machin accroché à votre main n’est pas votre fille, mais (au choix) votre sœur, votre petite-nièce, une orpheline que vous parrainez dans le cadre du programme « une morveuse, un Top Model ». Vous êtes comme ça : bonne par nature, même avec les enfants.

Glamouritude : +++

 

 

Situation 2 : Vous avez décidé de venir à bout de cette cellulite de ventre à coup d’abdos fessiers, de rameur, de tapis de course et de body pump. Tout cela à la suite soit 2h30 d’intense entraînement qui font ruisseler votre corps de transpiration,  l’odeur en prime.

La question est : comment être glam’ en « femme-fontaine » ?

Créez le concept de la glam’sueur. Ainsi, passez délicatement votre dos de main sur le front en fermant délicatement les yeux et dites dans un murmure façon Marilyn : « J’ai chauuuuuuud. Pas vouuuuuuuus, Fraaaaanck ?».

NB : Pour l’odeur, prenez juste un déo.

Glamouritude : +++++

 

 

Situation 3 : Votre patron, avec son tact légendaire, vous hurle dessus pour une broutille (votre marge est à moins 500 k€). Problème, il le fait devant l’ensemble du service commercial, le directeur administratif et financier et le livreur de Coca-Cola light.

La question est : comment asseoir votre statut de fille glam’ vs celui de boulet de service qui vous pend au nez ?

Mentez. Si vous avez subi les foudres de Ducon, si votre abonnement pro à Marketing Magazine n’a pas été reconduit et si votre bureau se trouve désormais près des toilettes, ce n’est pas parce que vous êtes nulle. Bien au contraire. C’est juste votre patron qui supporte mal votre refus de vous adonner à lui, malgré une proposition financière très alléchante (prime de 1940,57 euros bruts, déclarable aux impôts). En plus de passer pour une sex bomb ambulante, vos collègues vous regardent comme l’intégrité même et vous nomme d’office déléguée du personnel.

Glamouritude : ++++

 

 

Situation 4 : Votre cousine Marie-Amélie de la Bretonnière vous invite à un dîner entre copines. La conversation tourne autour de leurs dernières vacances top luxes à l’Ile Maurice, Dubaï, Aspen…
Pour vous, cela a été camping de la marina avec Quechua et réchaud à gaz en prime.

La question est : comment passer pour une glam’ jet-setteuse au lieu d’une smicarde à la Dubosc ?

Peaufiner votre vocabulaire. Ainsi, vous n’avez pas été à Mimizan mais sur la Côte Ouest ; vous ne marchiez pas deux kilomètres pour aller faire le plein au Shoppi du coin, mais vous flâniez le long de la beach et découvriez le patrimoine géographique de ce lieu d’exception ; vous n’avez pas été à la piscine du camping mais au Spa, …
Le glamour, c’est aussi savoir embellir les choses avec de jolis mots.

Glamouritude : ++

 

 

Situation 5 : Votre Xsara Citroën vient de vous lâcher et vous n’avez pas pu vous rendre à la soirée de Cathy et David Guetta pour laquelle vous avez fait des pieds et des mains auprès de l'attachée de presse pour obtenir une invitation. Problème : vous vous en êtes tellement vantée que tout le monde au bureau attend votre débriefing, eux qui misérablement ne connaissent que les apéros TUC entre collègues.

La question est : Comment justifier que vous, la fille glam’ par excellence, n’êtes pas sur les photos de la soirée dans le Voici du lundi ?

Feindre un mal mystérieux avec une grande dignité. Racontez tout simplement que vous avez dû être envoyée en rehab d’urgence avec Amy Winehouse, désormais votre nouvelle meilleure amie. N’oubliez pas  en prime cet objectif primordial : cacher que vous roulez en Citroën, la honte absolue sur vous pendant des générations et des générations.

Glamouritude : ++++++

 

 

Je ne saurai donc que vous le répéter encore et encore : être glam’ passe avant tout par le psychologique. Inutile de vous trimballer en porte-jarretelles dès le lever du jour ou de mettre votre bouche en cœur dès que vous croisez un labrador. Si vous êtes glam’ dans votre esprit, vous le serez aux yeux de tous ceux qui vous entourent, et c’est bien ça qui compte. A vous de jouer maintenant !


Credit photo : Dita von Teese / via flickr

Commenter cet article

Amelie - Ces petits riens parisiens 22/10/2008 10:50

Tu sais que tu devrais bosser chez Cosmo toi !

BritBrit Chérie 22/10/2008 17:30


Ah bon ???? Mais pourquoi ???


May Nat 19/10/2008 01:33

bon, mainnnant, BritBrit-chérie, 'suffit comme ça. tu rentres et pi c'est tout. arrête de t'exposer ainsi aux regards malveillants zou envieux de toutes ces personnes, certainement fort intéressantes, mais il y a un temps pour tout,mmm ?
rhooo, et ces regards posés sur toi! ils ne sont pas sans rappeler, t'en souvient-il? l'horrrrible Teckel de la voisine du second. brrr!
tiens! je ne me rappelle plus, en revanche, pour quel motif au juste l'avait-elle fait piquer ?

BritBrit Chérie 20/10/2008 17:34


Rololo, si on peut plus rigoler en porte-jarretelles…


marie-georges Profonde 18/10/2008 17:08

Je prends note. Moi qui transpire comme un boeuf enfin euh je veux dire moi qui aie une fonction sudoripares extrêmement active (ça y est, je remonte en glam, je suis sûre !), je compte bien dégoter un type qui s'appelle Franck pour lui hululer que j'ai chaud. Merci Britbrit.

BritBrit Chérie 20/10/2008 17:35


De rien, de rien. Je suis comme ça : empathique avec les odorants du dessous de bras.


fanette 17/10/2008 22:14

Bon alors je note. Mais j'ai encore du boulot, quand même...

BritBrit Chérie 21/10/2008 12:05


Tu vas y arriver. Confiance en soi !!!


Pam 17/10/2008 18:24

j'adore !

BritBrit Chérie 21/10/2008 12:08


Moi aussi ;)