Stop à l’Eurovision !

Publié le par Nala

 

Il  y a des moments où il faut savoir se rendre à l’évidence et prendre les décisions qui s’imposent :
arrêtons de participer à l’Eurovision !


D’ailleurs, si l’on en juge la position purement géographique de la majorité des pays participants, on devrait appeler ça l’Estvison ou encore l’Ex-URSSvision.

Loin de moi l’idée d’un « régionalisme européen » où l’Eurovision trouverait son véritable  équilibre au cœur des membres fondateurs du traité de Rome. Non, non, non.Il y a juste qu’après profonde analyse des résultats de hier soir proclamant la Russie élite de la chanson européenne, force est de constater que nous n’avions aucune chance.

Pourtant, cette année, et pour une des rares fois depuis au moins une bonne décennie et demie, je croyais réellement à nos capacités à ramener sur le sol français le précieux trophée que nous avions perdu de vue depuis 1977, grâce à l’étrange « bobo-cannabisé » mais talentueux Sébastien Tellier.

Car oui, après moult « polémiquettes » pseudo politiques – « il est français et il ne chante pas en français. Quelle honte pour notre glorieuse nation ! » -,  c’est aujourd"hui un des meilleurs acteurs de la scène électro musicale actuelle que nous avons envoyé dans la douloureuse bataille de l’Eurovision.
La preuve en est la sublimation exercé par le compositeur auprès de nos amis du très sérieux et très fine oreille magazine Les Inrockuptibles : « Insaisissable transformiste pop », « Trésors d’imagination »,… Eux aussi, ils y croyaient en la victoire de Seb allant même jusqu’à mettre en place le soir-même de la finale un tchat spécial Eurovision. Ont-ils fait ça pour les Fatals Picards en 2007 ? Je n’en suis pas sûre.

Il ne pouvait donc y avoir maldonne, nous ne pouvions finir aux tréfonds du classement comme les autres années. Sébastien Tellier, c’est du lourd !

Sauf que les lourds-là, c’étaient tous les pays qui n’ont pas compris que le but de l’Eurovision est d’élire une belle chanson, avec de  vrais partis-pris musicaux, et non de :

1.     Voter pour le meilleur booty : la Grèce et sa chanteuse aux faux airs de Britney Spears ont fini 3ème ( ?),

2.    Se faire pardonner les douleurs et horreurs du passé. Je ne parle pas du conflit de la 2nde guerre mondiale, l’Allemagne n’ayant même pas daigné nous accorder un seul petit point, mais par exemple de la Bosnie, Croatie et Serbie s’étant successivement rendu la politesse en échangeant entre les eux les très convoités 12 points,

3.    Se remémorer qu’avant ils étaient tous dans la même galère ou du moins dans le même bloc : l’Ukraine vote pour la Russie, la Russie pour la Pologne, la Biélorussie et bien sûr l’Ukraine,

4.    Se prendre pour un juré des championnats européens de patinage artistique. Pour ceux qui ont manqué ce rendez-vous aussi passionnant qu’une élection de Miss France, notre ami russe s’était entouré du triple champion du monde Evgeni Plushenko, qui patinait gaiement autour du chanteur sur une micro-patinoire. Il fallait y penser. L’année prochaine, si année prochaine il y a, je propose de faire intervenir David Douillet sur un tatami en mode tectonik.

Je râle et alors, j’ai des bonnes raisons non ?

Il faut dire que les mauvais présages s’enchaînaient au cours de la soirée.
A commencer par les commentaires  du duo Julien Lepers et Jean-Paul Gaulthier. Je m’attendais à entendre des blagues fines et enlevées, à la limite du politiquement correct, mais nous avons juste eu droit à un festival de « Belle robe » et de « Elle est très jolie cette – au choix - chanteuse/animatrice/ donneuse de point », faisant même une très grossière erreur : « Il travaille avec Timberland » au lieu de « Il travaille avec Timbaland. ».

Et tout cela fût couronné par l’apparition d’un Cyril Hanouna guindée comme une pie qui, pour une obscure raison dont je ne connais ni les tenants ni les aboutissants, était le représentant du jury français. Oui, je sais ça fait mal !

Alors, cher Sébastien Tellier, ne t’en fais pas. Continue de faire gémir ta belle sur tes compositions, de fumer des joints avec les Air et autres Daft Punk et oublie très vite cette 19ème place sur 25 qui n’aura eu pour seul bénéfice que celui de te faire passer des pages des Inrocks à celles de Télé Star. Remarque, je me demande si c’est vraiment bien ce double-effet Kiss Cool… Enfin bref.

Quant à moi, je mets désormais tous mes espoirs en la victoire d’un(e) français(e) à Roland Garros. Ma nature optimiste certainement !

Publié dans Voir - lire - entendre

Commenter cet article

glamazone 27/05/2008 19:42

L'eurovision ou comment avoir l'air con all around the world

Marie-Georges Profonde 25/05/2008 18:21

Ahahah ton article est vraiment drôle et juste à la fois ! C'est très très bien vu, Britbrit ! Entre la Shakitney grecque, le patineur russe nous filant le tournis et les copinages puants lors de la remise des points, nous fûmes gâtés !!

Nicolas G 25/05/2008 17:40

Je vote pour, et je rigole encore plus suite à la polémique qu'avait suscité la chanson de notre participant et que j'avais pointé dans l'un de mes articles. Stop à l'eurosuicide, en effet...